Bols tibétains

Classé dans : Articles | 0

L’origine des bols tibétains

Il n’existe pas de trace écrite sur l’origine des bols chantants. Selon certaines sources, des forgerons nomades des plateaux de Mongolie martelaient des bols en cuivre, pour stocker la nourriture ou se restaurer. Avec le temps, ces bols devenaient plus sophistiqués avec de nouveaux alliages et des techniques précises de martelage. De ce fait, les chamanes s’intéressèrent aux vibrations que procurèrent les bols.

Les chamans emportèrent avec eux leur savoir sur les ondes à propos du bol chantant aux prêtres Bön. Et avec eux quelques forgerons nomades pour transmettre cet art dans l’Himalaya à l’époque pré-bouddhiste.

Depuis, les moines bouddhistes utilisent les bols dans un grand nombre de pratique et de rituels, méditations, offrandes.

Fabrication d’un bol 7 métaux

Le bol authentique se compose d’un alliage de sept métaux : cuivre, or, argent, fer, mercure, étain et plomb. Le chiffre sept n’est pas un hasard, il fait référence aux sept jours de la semaine, aux sept astres parmi ceux du système solaire mais aussi aux sept chakras, ces centres énergétiques de notre corps.

Les artisans sculpteurs commencent par la pesée, le broyage et la fonte des 7 métaux par ordre de point de fusion. Ensuite, ils versent dans un moule la poudre de ces 7 métaux en fusion et aplatissent les bords des alliages en fusion. Puis, ils façonnent au marteau, le bol encore brûlant, avant de le replonger dans le feu. A tour de rôle dans une chorégraphie parfaite, les marteleurs s’appliquent à frapper avec précision l’intérieur du bol. C’est un travail d’écoute, de précision et de savoir-faire. Ainsi formé, le bol est enduit de substances avant d’être de nouveau exposé à la flamme. Finalement, il est trempé dans l’eau froide. Enfin, la dernière étape est le polissage du bol chantant qui va déterminer le son final et l’aspect.

Utilisation des bols tibétains

L’utilisation des bols permet d’accompagner l’entrée dans un état profond de méditation grâce aux résonances harmoniques. C’est un puissant outil pour se détendre et lâcher prise. Son son enveloppant ouvre et clôture généralement une séance de méditation ou une cession de yoga au moment de la relaxation (savasana).

Dans un cadre plus large, la sonothérapie utilise les bols chantants pour accompagner contre les troubles du sommeil, problème de stress et autres.

Grâce aux résonances des vibrations sonores, il gagne son surnom de « bol chantant ». Les fréquences pénètrent le corps et font frémir les molécules d’eau dont le corps humain est composé à 65%. Le phénomène produit est l’équivalent de la réaction d’un verre d’eau à proximité d’une enceinte en fonctionnement. En harmonie avec le son du bol, l’organisme se synchronise. Les effets, différents selon les notes et les sensibilités de chacun, se rapprochent d’un massage interne.

Cette pratique de relaxation sonore agit sur le physique, l’émotionnel mais aussi le mental. Le corps est apaisé, les conséquences sont multiples : stimulation de la circulation sanguine et des glandes endocrines, niveau de stress abaissé, qualité du sommeil améliorée, reconnexion avec soi-même et éveil de la créativité.